Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
En 2022, en France, c'est 14 408 000 jeunes citoyen·ne·s mais aussi...

Le Harcèlement Scolaire et le Cyberharcèlement en quelques mots et quelques chiffres...

Ce fléau touche environ 700 000 élèves (soit environ 10% des élèves) et se définit comme :

  • une violence,

Verbales ou psychologiques : insultes, moqueries, surnoms dévalorisants, propos discriminatoires, gestes déplacés, rumeurs, menaces, mise à l'écart...

Physiques : coups, claques dans la tête, racket, jet de projectiles, bousculades, croche-pied, dégradation vestimentaire...

Si le harcèlement se poursuit sur le téléphone portable ou sur internet on parle alors de cyberharcèlement : appels masqués, SMS insultants, menaçants, messages vocaux, partage de photos ou de vidéos humiliantes, piratage de compte, commentaires blessants...

  • une répétitivité,

Les faits se déroulent sur une longue période et peuvent se produire à divers endroits dans les structures au cours de la journée : en salle de classe ou d'activité pendant que l'adulte tourne le dos, à l'extérieur derrière un mur ou un arbre, dans les couloirs, dans les escaliers, dans les toilettes, à la cantine, dans les transports...

  • un rapport de force,

La victime de harcèlement est bien souvent isolée face à un groupe.

Il y a un rapport de force déséquilibré. Une ou plusieurs personnes exercent un abus de pouvoir sur la victime.

  • une volonté de nuire,

Tout commence par un jeu, une "blague" puis très vite le but est de nuire à la victime. Le processus est progressif et permet à quiconque de l'intégrer.

  • le silence de tous,

Victime, témoins, auteurs·es, personne ne parle. Le harcèlement va durer tant que "la loi du silence" s'applique. Les auteurs·es savent faire preuve de discrétion et arrivent à maintenir faire pression sur tout le monde.

Quelques signes d'alerte chez une victime de harcèlement...

PERTE DE L'APPETIT

TROUBLE DU SOMMEIL

IRRITATION

PEUR SOUDAINE

ISOLEMENT SOCIAL

REFUS D'ALLER A L'ECOLE

DEVOIRS NON RENDUS/NON FAITS

ANGOISSE

SIMULATION DE MALADIE

PERTE OU DETERIORATION DES AFFAIRES SCOLAIRES

CHUTE DES RESULTATS

INDIFFERENCE

BLESSURE PHYSIQUE

TRISTESSE

J'ai besoin d'aide... (Source : https://www.education.gouv.fr/non-au-harcelement)

"Peu importe mon rôle, des solutions existent. Je peux agir pour stopper le harcèlement."

  • Je suis victime de Harcèlement

Je suis à l'école primaire

Si, à l’école, tes camarades se moquent de toi, te volent ou abîment tes affaires, te donnent des surnoms méchants, rigolent quand tu participes en classe, te bousculent. Si tu te sens mis de côté, s’ils refusent de jouer ou de déjeuner avec toi. Si tout cela te blesse et tu ne sais pas comment faire pour que cela s’arrête.

Tu es victime de telles violences de façon répétée, cela s’appelle du harcèlement.

Aucun enfant, aucun élève ne doit subir cela, personne ne doit rester silencieux !

Que peux-tu faire pour être aidé ?

Il faut en parler pour trouver de l’aide et des solutions :

  • À un adulte de ton école : ta maîtresse ou ton maître, la personne qui surveille la cantine, l’animateur avec qui tu fais peut-être des activités le midi ou après la classe. Ils peuvent t’écouter et t’aider.
  • À tes parents ou une personne de ta famille ou de ton entourage : ils pourront contacter l’école.
  • À un camarade de classe ou de l’école qui pourra en parler à un adulte.
  • Ne reste pas seul face à ton problème. Tu dois savoir que les adultes doivent te protéger et t’aider

Parler du harcèlement c’est agir pour que cette violence contre toi s’arrête et qu’elle ne touche pas d’autres élèves ou peut-être toi-même une nouvelle fois.

Tu peux raconter, écrire ou dessiner ce qui s’est passé avec tous les détails dont tu te souviens (fais toi aider si nécessaire). Tu peux aussi noter la date, l’heure, les personnes présentes, la description des faits, leur répétition, ce que tu ressens, tes réactions face à cette situation, etc.

Ce que tu ne dois pas faire

Ne tente pas de résoudre le problème toi-même (ni avec des amis) par la violence.

Si tu ne te sens pas à l'aise pour en parler à quelqu'un de ton école ou de ta famille, appelle le :
N° VERT "NON AU HARCÈLEMENT": 3020
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)
Si le harcèlement a lieu sur internet :
N° VERT "CYBERVIOLENCES" : 3018
Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h

Lancement de l'application 3018
Un nouveau point d'entrée pour signaler toute situation de cyberharcèlement et prise en charge rapide !
Tchat, questionnaire, fiches pratiques et possibilité de stockage des preuves
Téléchargez l'application 3018 (iOS ou Android), disponible sur les plateformes habituelles 
iOS et Google Play

Je suis au collège

Si vous subissez des violences verbales, physiques et/ou morales de façon répétée (bousculades, vols, surnoms méchants, insultes, moqueries, rejets…), vous êtes victime de harcèlement.
Lorsque ces mêmes faits se déroulent sur les réseaux sociaux, par SMS ou par mail, on parle alors de cyberharcèlement.

Cette situation peut avoir des conséquences graves pour :

  • votre scolarité (baisse des résultats scolaires, décrochage scolaire)
  • votre santé (maux de ventre ou de tête, perte de l’estime de soi, profond mal être).

Aucun enfant, aucun élève ne doit subir cela, personne ne doit rester silencieux !

Comment être aidé quand on est harcelé?

Il faut en parler pour trouver de l’aide et des solutions :

  • À un adulte de votre établissement en qui vous avez confiance (un professeur, le CPE, l’assistant d’éducation, l’assistant de service social, l’infirmier, la direction, le conseiller d’orientation psychologue...). Ils sont là pour vous écouter, vous aider et trouver des solutions.
  • À vos parents ou un membre de votre famille ou de votre entourage: ils pourront vous conseiller et contacter l’établissement au besoin.
  • À un élève de la classe ou de l’établissement : il pourra en parler avec un adulte de l’établissement pour vous aider.

Parler du harcèlement c’est agir pour faire cesser la violence que vous subissez c’est aussi agir pour que d’autres élèves ou vous-même, ne soient pas victime une autre fois.

Lorsque vous en parlez, il est important d’expliquer en détail la situation que vous subissez. Le meilleur moyen de ne rien oublier est d’écrire l’ensemble des faits même s’ils vous semblent mineurs.
Notez la date, l’heure, les personnes présentes, la description des faits, leur répétition, face à cette situation. Pensez aussi à conserver les preuves éventuelles du harcèlement subi, notamment sur les médias sociaux (capture d’écran…).

Ce que vous ne pouvez pas faire

Ne tentez pas de résoudre vous-même la situation et n’utilisez pas la violence, cela pourrait l’aggraver.

Si tu ne te sens pas à l'aise pour en parler à quelqu'un de ton école ou de ta famille, appelle le :
N° VERT "NON AU HARCÈLEMENT": 3020
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)
Si le harcèlement a lieu sur internet :
N° VERT "CYBERVIOLENCES" : 3018
Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h

Lancement de l'application 3018
Un nouveau point d'entrée pour signaler toute situation de cyberharcèlement et prise en charge rapide !
Tchat, questionnaire, fiches pratiques et possibilité de stockage des preuves
Téléchargez l'application 3018 (iOS ou Android), disponible sur les plateformes habituelles 
iOS et Google Play