Rechercher
  • Cyril GAZEL

L'après débat national !

#GrandDébatNational #PasserAlAction #EcoleDeLaConfiance



Après consultation des français·es au travers du Grand Débat National, le Président de la République, Emmanuel MACRON s'est prêté à l'exercice de la conférence de presse, jeudi 25 avril 2019 et a fait présenter son plan d'action pour les mois et années à venir. Plusieurs associations ou mouvements d'associations se disent satisfaites de ses choix politiques mais attendent désormais la concrétisation de ces annonces.


Soutien au milieu associatif

Emmanuel MACRON va demander au gouvernement un plan pour encourager et soutenir le milieu associatif et notamment les plus petites. La feuille de route présentée fin 2018 par Gabriel ATTAL, secrétaire d'état en charge de la vie associative devrait donc se trouver renforcer par cette annonce. Pour Educ'Lab on ne peut que se réjouir d'inciter les français·es à s'engager dans le milieu associatif pour défendre ensemble des causes et des valeurs. Dans certains territoires, le milieu associatif est le principal employeur local !

Nous revendiquons cependant des moyens supplémentaires pour que les associations puissent recréer des emplois. De nouveaux dispositifs pour aider à la création et au développement associatif doivent être mis en place par le Gouvernement. Le FDVA (Fonds de Développement à la Vie Associative), a reçu en 2018 des moyens supplémentaires de façon exceptionnelle. Nous souhaitons que cela devienne pérenne.


L'Ecole de la Confiance

"Donner à chacun les mêmes chances pour réussir, c'est avoir des classes à taille humaine au moment où on apprend à lire, écrire, compter. Investir dans l'école, c'est la première politique de lutte contre les injustices dans notre pays", a déclaré le président de la République. Plusieurs mesures sont annoncées, on fait le point sur chacune d'elles !

- Dès la rentrée, les établissements scolaires du premier et second degré, publics ou privés sous contrat vont orner chaque classe du drapeau français, du drapeau européen ainsi que le début des paroles de la Marseillaise. Cette mesure est prévue pour que chaque élève s'approprie les valeurs et symboles de la République. Pour Educ'Lab dont l'objet est de former la jeunesse à ses devoirs citoyens, nous espérons que chaque enseignant prendra le temps pour expliquer ces symboles à l'ensemble des élèves, sans quoi cette mesure n'aura aucun sens.

- Dès la rentrée 2019, l'éducation devient obligatoire dès l'âge de 3 ans contre 6 ans auparavant afin de donner aux enfants les mêmes chances de réussir. Cette mesure devrait avoir un effet minimum car actuellement 97% des enfants de 3 ans entrent à l'école actuellement. Educ'Lab, qui prône l'accès aux loisirs et à l'éducation est plus que favorable à cette réforme mais espère que les communes seront soutenues financièrement par l'Etat pour l'accueil des nouveaux et nouvelles élèves.

- Un nouveau droit va être inscrit dans le Code de l'Education : celui d'avoir une éducation sans harcèlement. Ceci fait parti des grandes victoires de nombreuses associations qui agissent contre le harcèlement scolaire. Les sanctions encourues devraient être prochainement annoncées par un décret d'application. Mais l'une d'elle est déjà connue : les personnes faisant subir du harcèlement à un camarade se verront obligé à suivre un stage de sensibilisation sur ce fléau.

- Dès 2022, de la grande section de maternelle au CE1, il n'y aura pas plus de 24 élèves par classe. Pour Educ'Lab cette réforme va permettre au corps enseignant d'accorder plus de temps à chaque élève. En revanche, nous restons vigilants concernant la mise en place de cette mesure qui va impliquer d'ouvrir de nouvelles classes et de recruter davantage d'ATSEM. Sachant que la gestion des écoles maternelles et primaires sont à la charge des communes... Auront-elles les moyens suffisants...

- Dans le cadre du plan Pauvreté, des petits déjeuners vont être servis aux enfants des écoles classées REP et REP+. Plusieurs académies réalisent d'ores-et-déjà cette mesure dont l'académie de Montpellier ! Cette mesure, financée par le gouvernement, prévoit que ces petits déjeuners sont équilibrés et accompagnés d'une action éducative à l'alimentation. Quelques chiffres : coût de 6 millions d'euros et 100 000 élèves concernés.



0 vue

Rejoignez-nous sur

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter !

Educ'Lab est une association loi 1901 soutenue par la Ville de Montpellier et le département de l'Hérault